Lycéen au collège militaire d'Autun de 1975 à 1978, puis au lycée militaire d'Aix-en-Provence de 1978 à 1981, il intègre l'école spéciale militaire de Saint-Cyr en 1981, promotion de la Grande Armée. À sa sortie en 1983, il choisit la Gendarmerie et intègre l'École des officiers de la Gendarmerie nationale.

Il est ensuite affecté comme lieutenant à l'escadron de gendarmerie mobile 8/17 de Baccarat.
Il retourne ensuite à Coëtquidan comme instructeur, puis prend en 1990 le commandement de la compagnie de gendarmerie départementale de Saint-Gaudens.

En 1992, il prend le commandement du GIGN.

Le 26 décembre 1994, il conduit la libération des otages du vol AF 8969 sur l'aéroport de Marseille-Marignane.

En 1997, il suit les cours du Collège interarmées de Défense. À l'été 2000, après deux affectations en administration centrale, devenu lieutenant-colonel, il prend le commandement du groupement de gendarmerie départementale de la Haute-Savoie jusqu'en juillet 2003. Durant cette période, de 2002 à 2003, il contribue notamment, dans le ressort de la zone de compétence de la Gendarmerie, à la sécurité du sommet du G8 à Évian-les-Bains.

En août 2007, après deux affectations au sein du service des ressources humaines de la direction générale, il prend le commandement du Groupement de sécurité et d'intervention de la Gendarmerie nationale (GSIGN) et conduit la restructuration de l'unité pour la transformer en une force mieux intégrée, capable notamment de contrer les menaces issues du terrorisme de masse. Cette importante réforme conduit en fait à créer - en substitution au GSIGN - un nouveau GIGN le 1er septembre 2007.
La nouvelle unité - renforcée au niveau du commandement, de la formation et du support - incorpore en son sein les personnels de l'ancien GIGN, de l’EPIGN, du GISA ainsi que le détachement gendarmerie du GSPR. Ces unités perdent elles aussi leurs appellations d'origine pour devenir des « forces » - ou des composantes de forces - au sein du nouveau GIGN.

En avril 2008, il participe à l'opération Thalathine, qui vise à libérer les otages du voilier Le Ponant, retenus par des pirates somaliens. Au cours de cette mission, il est « tarponné » afin de rejoindre les navires de la Marine nationale.

Le , il est nommé général de brigade, devenant ainsi le plus haut gradé ayant commandé cette unité.

Promu général de division à compter du , il est élevé aux rang et appellation de général de corps d’armée le .

Il commande la région de gendarmerie d'Île-de-France et la gendarmerie pour la zone de défense et de sécurité de Paris du au , date à laquelle il est nommé « conseiller gendarmerie » auprès du ministre de l'Intérieur Manuel Valls.

Le 10 avril 2013, en Conseil des ministres, il fait l'objet d'une promotion, confirmée par un décret du l'élevant au rang et à l'appellation de général d'armée. Simultanément, il est nommé directeur général de la Gendarmerie nationale.

En octobre 2014, c'est lui qui est chargé de diriger l'opération de rétablissement de l'ordre à Sivens. Il poursuivra en diffamation un internaute ayant gravement insulté sa personne et l'exercice de ses fonctions.
Le , il prend personnellement la tête de l'opération qui conduit à la neutralisation des frères Kouachi, auteurs présumés de l'attentat contre Charlie Hebdo deux jours plus tôt, à la suite d’une prise d'otages dans une entreprise de Dammartin-en-Goële, près de Roissy-en-France.

Il annonce en juin 2016 qu'il quitte son poste de directeur général de la gendarmerie nationale au pour rejoindre la société Total en tant que directeur de la sûreté du groupe.

Fr    Français

Etes vous sur de vouloir supprimer tous vos favoris ?
0 favoris
Sélectionnez vos profils favoris en cliquant sur
dans les pages profils, puis recevez votre sélection par mail......